couteau

Caractéristiques d’un couteau laguiole

Le couteau laguiole est un couteau fermant avec un manche en corne de bovin, en bois, en os ou encore en ivoire. Il était autrefois utilisé par les bergers et s’est évolué au fil du temps pour devenir un mythique couteau de poche. Il sait s’adapter à toutes les générations et à tous les plaisirs.

Les points qui caractérisent un couteau laguiole

Pour se distinguer des autres types de couteau, le laguiole couteau se caractérise par quelques points très particuliers. Le premier concerne la présence de la mouche ou de l’abeille. Ce dernier est son principal symbole qui est fabriqué à partir d’un ressort. C’est une pièce métallique qui sert autrefois à fermer le couteau. Actuellement, l’abeille est seulement considérée comme une pièce décorative et représentative de la marque. Certaines personnes voient ce symbole comme une forme de trèfle à quatre feuilles ou d’une coquille Saint-Jacques. Et en ce qui concerne la mouche, c’est une pièce qu’on utilise également dans l’ouverture et la fermeture du couteau. Elle est comme l’abeille, une décoration et un symbole de la marque laguiole.

En outre, le couteau laguiole est aussi caractérisé par une  croix du berger qui décore ce type de couteau depuis son origine. C’est une  pièce qui symbolise les dessins réalisés sur le pain par les bergers pendant leur prière. Aujourd’hui, cette croix est devenue la marque déposée du couteau laguiole. Et enfin, il existe également une autre pièce à savoir le chapelet qui est une encoche se trouvant sur la lame du couteau. On y compte sept encoches représentant les sept jours de la semaine.

Historique du couteau laguiole

Le premier couteau laguiole a été conçu en 1829 par Casimir-Antoine Moulin. Il s’est installé dans le village Laguiole pour réaliser cette fabrication. Au tout début, ce couteau était simple, ne disposant pas de décoration et dont la lame est engagée dans un morceau de bois. Le manche en os ou en ivoire était en forme de bec d’oiseau. Au fil du temps, le couteau change et s’améliore. En 1880, on l’a ajouté d’un poinçon et d’un tire-bouchon. Ce n’est qu’a partir des années 1900 qu’on a décoré le couteau par une fleur qui se modifie quelques années plus tard en abeille ou en mouche. Et pour les manches, on a sculpté une forme de pied de cheval, queue de crotale, bélier, papillon, trèfle…Enfin, en 1993, Gilbert Szajner a créé une marque déposée de Laguiole.

Chaque couteau laguiole nécessite des heures, voire des jours de fabrication. Il faut passer de nombreuses étapes pour le façonner. La qualité de sa finition, la résistance de sa lame et de son ressort, l’épaisseur de ses mitres et platines, ainsi que la précision de son calibrage sont les éléments qui contribuent à sa durée de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *